Opposition au Projet de Loi de Finances

AN

Après de très nombreuses heures dans l’hémicycle pour défendre des amendements qui nous paraissent justes et équitables, pour construire une loi intelligente, au bénéfice de nos concitoyens et de nos territoires, dans toute leur richesse et leur diversité, j’ai voté contre ce premier Projet de Loi de Finances du mandat qui comporte à mon sens, trop d’injustices et une vision du territoire partielle et partiale.

Quelques exemples : augmentation de la CSG, baisse des fonds de compensation pour les collectivités, suppression de la taxe d’habitation pour 60% des français, qui peut paraître séduisante, mais qu’il faudra bien compenser, donc on la repayera par un autre biais, mais on ne sait pas encore réellement comment, et on supprime une ressource dynamique pour nos communes ; on augmente massivement le diesel, ce qui pénalisera essentiellement les habitants des communes rurales ou périurbaines qui n’ont d’autres choix que de prendre leur voiture ; on affaiblit tous les outils d’épargne traditionnels des français (Compte épargne logement, etc), notamment vers les petits biens immobiliers ; on diminue drastiquement les fonds d’aide à la redynaminsation des commerces de centre ville (FISAC), on augmente le déficit de l’Etat en le faisant passer à 83 milliards d’euros, contre 79 l’année dernière ; on crée deux catégories de citoyens pour l’accès à la propriété avec des droits différents…

Bref, ce budget comprend de trop nombreuses mesures qui créent des inégalités entre territoires et entre Français pour que je puisse le voter.

Je regrette que les arguments d’ouverture et d’arrêt de politique politicienne n’aient pas été appliqués lors de la réalisation de ce PLF. Quasiment aucun amendement des groupes d’opposition n’a été accepté, à l’exception d’amendement de façade et mineurs. C’est dommage