Transition écologique : des paroles et des actes

Le jeudi 14 février, Emilie Bonnivard s’est rendue à Chamonix, à l’occasion de la visite du Président de la République, Emmanuel Macron, sur les sujets environnementaux et climatiques dans les Alpes.
Emilie Bonnivard souhaitait entendre les annonces du Président afin de mieux protéger nos écosystèmes alpins face au changement climatique, mais aussi lui remettre un courrier dans lequel la députée lui demandait de s’engager en faveur d’un calendrier précis de réalisation des accès au tunnel ferroviaire du Lyon-Turin, en cours de réalisation. En effet, la députée est très attentive à ce que toute annonce faite en Haute-Savoie, dans l’emblématique vallée de Chamonix, ne se traduise pas par un report des trafics vers la Savoie et le tunnel du Fréjus (en lieu et place du tunnel du Mont-Blanc). Toutes les Alpes doivent être traitées de manière solidaire et exigeante.
La réalisation de la totalité du Lyon-Turin ferroviaire, alliée à une politique ambitieuse en matière de report modal, constitue la seule réponse crédible pour protéger toutes les Alpes, de Chamonix à Vintimille, face aux émissions de gaz à effet de serre issues des transports de marchandises et des flux routiers, grâce à un réseau ferroviaire amélioré pour les usagers.
Le Président a évoqué de très nombreux sujets, de la production agricole à la suppression progressive des plastiques à usage unique, en passant par nos modes de vie impliquant de nombreux déplacements, mais n’a pas parlé malheureusement de mesures concrètes pour diminuer rapidement nos émissions dans les Alpes.
L’enjeu de la transition écologique en montagne sera de réduire nos impacts environnementaux, sans sacrifier mais en adaptant nos activités économiques et sociales, génératrices d’emploi et de vie dans nos territoires. L’inauguration de la première station hydrogène avec Laurent Wauquiez, le vendredi 14 février, à la Motte-Servolex, montre le chemin. Grâce à des énergies propres, grâce à l’innovation, grâce à une volonté et des actes politiques forts, nous pouvons réellement mettre en oeuvre un développement durable, concrètement, rapidement, au-delà des seules déclarations d’intention.