HANDICAP- SOCIAL SANTE :

Emilie Bonnivard au service des plus fragiles pour une société plus solidaire  

Handicap : avec les Paralysés de France et visite de l’Institut éducatif Saint-Real à Saint-Jean-de-La-Porte

Emilie Bonnivard s’est rendue le 9 mars, à l’invitation de l’Association des Paralysés de France (APF) à une journée de mise en situation de handicap et de débat avec les élus relatifs à l’accessibilité et plus globalement à la place des personnes en situation de handicap dans notre société.

La Députée a pu faire l’expérience de déplacements en fauteuil : « Dans nos communes de montagne avec pentes et dévers, se déplacer en fauteuil est un « chemin de croix », très difficile et surtout pas toujours possible. Vous pouvez rapidement vous sentir en danger. Sans parler des voitures qui se garent sur le rebord de la route obligeant les personnes handicapées à se déplacer au milieu de la route…Cela peut aisément se modifier, par plus de civisme, en pensant à ces personnes. 12 millions de personnes sont touchées par le handicap en France. C’est considérable et cela peut toucher tout le monde, à un moment de sa vie ».

Ce n’est que par des mises en situation que l’on peut réellement comprendre l’immense difficulté et l’immense volonté qu’il faut aux personnes en situation de handicap pour se déplacer, faire des courses, aller à la mairie, etc.

La députée est intervenue systématiquement pour réduire les inégalités qui touchent les personnes en situation de handicap, que le Gouvernement n’a pas corrigées : demande déconjugalisation de l’Allocation Adulte Handicapée, demande de consultation des associations spécialisées préalablement à des travaux dans l’espace public, intervention auprès du Gouvernement contre une mesure visant à réduire l’accès à des fauteuils neufs pour les personnes handicapées, soutien aux structures de langue des signes, encouragement des communes pour la mise en place de jeux inclusifs, etc.

Le 22 janvier, Emilie Bonnivard tenait réunion avec un collectif de parents et de soignants de personnes en situation de handicap, sur les difficultés majeures de recrutement de personnel d’accompagnement au sein des établissements médico-sociaux. La crise du Covid a mis en exergue des métiers qui sont parfois très difficiles, peu valorisés alors qu’ils touchent à l’humain et au devoir fondamental d’une société de prendre soin des plus faibles, et mal rémunérés. La Députée a saisi le Ministre de la santé sur les réformes à porter dans ce secteur.

Elle a visité l’Institut médico éducatif Saint-Real à Saint-Jean-de-La Porte où est réalisé un travail extraordinaire autour d’enfants en situation de handicap pour favoriser leur inclusion, leur épanouissement, leur progression. Il existe de nombreuses structures différentes, répondant à des besoins différents. La société doit être en capacité d’offrir à chaque enfant en situation de handicap, et à sa famille, l’accompagnement qui lui convient, et qui sera nécessairement différent selon son type ou degré d’autonomie et de dépendance.


Prise en charge de nos aînés 

EHPAD d’Aiton : nécessaire revalorisation salariale pour les soignants. Un Gouvernement qui n’est toujours pas au rendez-vous des attentes post-Covid

La crise que nous traversons a malmené le personnel des EHPAD, et c’est en partie pour cela que le Ségur de la Santé a accordé une prime de 183 € à tous les salariés des EHPAD de France. Cela n’est pas allé de soi et l’égalité de traitement entre tous les personnels de santé et d’accompagnement au sein des établissements médico-sociaux n’est toujours pas de mise, certains bénéficiant de la prime Ségur, d’autres non, alors qu’ils sont dans les mêmes établissements et effectuent dans la majorité des cas des missions très proches.

C’est particulièrement le cas pour le personnel de l’EHPAD Le Clos Fleuri d’Aiton, pour lequel Emilie Bonnivard est intervenue à de nombreuses reprises, sans réponse satisfaisante, auprès du Gouvernement et de l’Agence régionale de santé.

L’ADMR qui gère l’établissement pour personnes âgées d’Aiton n’a pas bénéficié  des revalorisations salariales des EHPAD car il s’agit d’une association de droit privé.

L’ADMR dépend de la convention de la Branche de l’Aide à Domicile (BAD), l’employeur ayant l’obligation d’adhérer pour tous ses salariés à la convention collective concernant sa principale activité qui est le service à domicile. Ne relevant ni du public, ni du privé, les salariés du Clos Fleuri sont les seuls salariés des EHPAD n’ayant pu bénéficé d’aucune revalorisation.

Grâce à une négociation nationale, la convention de la Branche de l’Aide à Domicile (BAD) prévoyait une revalorisation applicable au 1er octobre 2021, ce qui aurait permis un ajustement des salaires de ces personnels par rapport aux autres EHPAD.

En septembre 2021, la Direction territoriale de l’ARS a précisé oralement qu’à partir d’octobre 2021 les salariés de l’EHPAD ne bénéficieraient plus du financement de la prime Ségur parce qu’ils bénéficiaient de la revalorisation salariale de la convention BAD. Ce financement a donc été stoppé depuis octobre dernier sans que cette décision ne soit confirmée par écrit.

Alors que tous les salariés des EHPAD bénéficient de la revalorisation salariale de leur convention ET de la prime Ségur, ce n’est pas le cas des salariés du Clos Fleuri, qui se trouvent à nouveau lésés pour le même métier.

Cette situation conduira, si rien n’est fait, à la démobilisation ou au départ des salariés qui sont objectivement lésés, mais continuent avec dévouement à prendre en charge les résidents.

C’est pourquoi Emilie Bonnivard , est intervenue à plusieurs reprises auprès du Ministre des Solidarités et de la Santé, auprès de la Ministre déléguée à l’Autonomie, auprès de la direction de l’ARS, pour que l’on trouve une solution afin que les salariés de l’EHPAD d’Aiton perçoivent la prime Ségur, à la fois dans un souci de justice pour ces salariés et de continuité de la prise en charge des personnes dépendantes dans la circonscription.

A ce jour, aucune réponse officielle ne lui a été transmise. La Députée reste très mobilisée sur ce dossier.