La reprise de la dette de la SNCF en question

Reprise dette SNCF.jpg

La question de la reprise de la dette de 46 milliards de la SNCF par l’Etat, a été au coeur des questions posées par le Groupe Les Républicains lors des débats sur la réforme ferroviaire :

  • Quel calendrier ?
  • Quel impact sur le déficit public et sur les finances publiques ?
  • Qui payera ?
  • Comment va-t-on intégrer cette dette dans le pacte de stabilité ?
  • Quel montant repris ? En fonction, quelle capacité de la SNCF à assumer ses investissements ?

Et au-delà, en tout ce n’est pas 46 mais 70 milliards consolides de dette qu’il faudra bien traiter d’ici 2020.

Aucune réponse et pire, ce matin l’audition de Bercy et de SNCF Réseau en Commission des Finances est surréaliste : aucune réponse, un « gloubi-boulga » technocratique incompréhensible, aucun chiffre, aucun calendrier, on ne sait absolument pas où on va, ni comment. C’est très inquiétant.

Tous les Groupes sont outrés de la manière dont les représentants du peuple que nous sommes sont traités, par Bercy.

Bref, Emmanuel Macron fait des annonces (en pensant peut-être que son seul « Verbe » suffira pour que la « Réalité » advienne…) et derrière c’est le vide intersidéral.

On commence à voir qu’Emmanuel Macron, c’est bien l’héritier de François Hollande, même si l’on masque tout cela habilement avec une communication musclée, alors qu’on est dans le brouillard, qu’on creuse notre déficit et notre dette, et que la réalité des actions menées n’est absolument pas à la hauteur des défis de notre société.

Présidente du nouveau groupe d’étude « Tourisme » à l’Assemblée nationale

Présidence groupe d'étude tourisme - avril 2018.jpg

Déjà impliquée dans les choix et le budget dédiés au tourisme au niveau national, au titre de sa mission comme rapporteure du budget « tourisme » pour la commission des finances, j’ai été élue par le groupe Les Républicains pour présider ce nouveau groupe d’étude de l’Assemblée, dédié à l’attractivité touristique de la France, aux côtés de la députée En Marche, Pascale Fontenel-Personne.

Lors de son installation, le mardi 10 avril à l’Assemblée, ce sont plus de 50 députés, de toutes sensibilités et territoires, qui se sont inscrits à ce groupe.

Contrats saisonniers, budget promotion, difficultés de recrutements, lourdeur et complexité des normes, hébergement, tels sont quelques-uns des thèmes identifiés par le groupe comme devant faire l’objet d’un travail particulier.

Installation du Comité de développement d’Auvergne-Rhône-Alpes Entreprises

AURA Entreprises.JPG

Installation ce vendredi du Comité de développement d’Auvergne-Rhone-Alpes Entreprises en Savoie, que je co-préside avec Gilbert Guigue.

L’antenne Savoie de cette agence, ce sont des équipes d’accompagnement des entreprises sur l’ensemble des territoires, la fusion des 6 anciens organismes savoyards en un, mais en bénéficiant des atouts que constituent l’union de tous dans une structure régionale.

Toutes les intercommunalités savoyardes participent à cette agence.

De nombreux chefs d’entreprise dans la gouvernance pour que ce soit bien leurs besoins et leurs attentes qui soient au cœur de notre action.

Un réunion riche et passionnante qui dessine notre feuille de route savoyarde en matière de développement économique.

Vigilance sur l’adaptation de la SNCF à l’ouverture à la concurrence

En séance ce soir, discussions sur l’adaptation de la SNCF à l’ouverture à la concurrence : je suis intervenue sur le lien entre cette adaptation et une partie de ses conséquences, si nous n’exigeons pas des garanties de maintien de service, à savoir la fermeture des gares et la diminution de leur ouverture dans nos vallées, pour les centaines d’usagers quotidiens et les milliers de touristes que nous accueillons chaque hiver.