Billet d’humeur de la députée Emilie Bonnivard

Pour la première fois de mon existence, je suis profondément inquiète pour notre pays. Je suis Française, et profondément respectueuse et fière de notre héritage culturel et historique, façonné au cours des derniers siècles et décennies. Nous avons eu nos heures sombres et nos heures glorieuses. La Renaissance et les Lumières ont réhabilité au cours des 16ème, 17ème et 18ème siècles, la Raison. Cette Raison qui était au cœur de la civilisation gréco-romaine, celle qui a permis l’avènement de la démocratie et de république. Cette Raison grâce à laquelle les Hommes et les Femmes naissent libres et égaux en droits. Pour moi, l’adhésion collective à un socle de lois au fondement duquel se trouvent l’égalité et la liberté, mais aussi la formation d’individus a l’esprit éclairé, est prioritaire si l’on veut réussir à vivre ensemble. C’est cela la France. Ce qui constitue notre culture, nos normes, nos lois. La religion reste du domaine de la sphère privée et ne doit aucunement empiéter dans la sphère publique, sur nos valeurs collectives. C’est justement parce que notre Constitution défend la liberté et l’égalité que chacun peut exercer sa foi, dans la sphère privée. C’est grâce à la Raison que nous avons mis fin à l’Obscurantisme religieux comme Gouvernement politique, qui n’aboutit qu’à l’intolérance, aux massacres et à la domination de groupes humains sur d’autres. Nous avons mis fin à cela dans notre histoire, nous n’allons donc pas le subir à nouveau aujourd’hui de la part de l’islamisme radical, qui ne souhaite qu’une chose : diviser le peuple français. Ne tombons pas dans ce piège et quelle que soit notre religion, sachons défendre à nouveau ce que nous avons de plus précieux, notre Constitution celle qui puise ses racines dans les Lumières, dans le privilège de la Raison, qui unit tous les Hommes et toutes les Femmes, au-delà de leurs origines, de leurs croyances ou de leurs sexes, et qui nous dicte des règles pour éduquer des individus libres, égaux, réfléchis et responsables. Cette Raison nous indique lorsqu’on la suit que l’injustice et la violence sont à l’origine de tous les maux d’une société. Au fondement de notre République, est l’égalité, celle entre les femmes et les hommes, celle qui permet à chacun de se développer et de devenir un individu libre, autonome et responsable. Je suis amoureuse, profondément de ces valeurs, et je les défendrai toujours. Je souhaite par dessus tout que tous les Français quelles que soient leurs croyances, les partagent comme leur trésor sacré aussi.Car c’est non seulement notre héritage, mais c’est aussi celui dans lequel je souhaite que les générations futures vivent et non dans une société fragmentée en communautés hermétiques, en individualismes forcenés. Non, une société unie ce n’est pas cela, elle se construit prioritairement autour de valeurs communes, qui nous rassemblent, qui nous unissent.La critique des religions est en partie ce qui a permis à toutes et à tous justement de croire en pleine liberté. Critiquer n’indique pas que le droit de croire n’est pas respecté, au contraire. Il le protège. Il protège toute domination d’une religion, ou d’une croyance, sur une autre, donc toute domination d’un groupe humain sur un autre. Ce sont les bases qu’il faut reprendre, partout et toujours, dans toutes les familles, dans toutes les écoles. Le droit de critique est au fondement même de la liberté religieuse, de croire en tel ou tel dieu, ou de ne pas croire.Nous ne pouvons commencer à abdiquer sur ce droit à la critique, car ce serait alors le fondement même de notre civilisation, de notre culture française que nous renierions. La loi de la République est prioritaire pour régir les relations sociales entre les hommes et les femmes d’un même groupe social, elle est sacrée et prioritaire, et nous devons toutes et tous la défendre si nous souhaitons vivre ensemble, dans la paix et la liberté, quelles que soit nos croyances.

Ferropem : Emilie Bonnivard se mobilise !

FerroPem : Emilie Bonnivard et Vincent Rolland ont demandé à être reçus par le Ministère de l’économie pour évoquer la situation de l’entreprise. Avec Hervé Gaymard, Président du Conseil départemental de la Savoie, au ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance par les conseillers en charge de l’industrie et de l’énergie. Étaient également présents en audio conférence d’autres élus comme Martine Berthet, Sénatrice de la Savoie et Fabrice Pannekoucke, Conseiller régional. L’objectif de la réunion était de faire connaître au ministère la situation de FerroPem, les atouts considérables de ces sites industriels tant en matière d’emplois directs qu’indirects, que de création de valeur pour la Maurienne et la Tarentaise. C’est aussi la capacité de production nationale de silicium qui est en jeu, alors que nous ne cessons d’évoquer l’importance de la relocalisation industrielle dans le cadre du Plan de relance. Le ministère s’est montré attentif à l’avenir de ces sites industriels. Le Président de Région, Laurent Wauquiez, pleinement informé par les Conseillers régionaux, s’est également dit prêt à intervenir pour accompagner ces sites.

Hommage à Samuel Paty – 20 octobre 2020

Emilie Bonnivard : « Aujourd’hui nous avons rendu hommage à Samuel Paty. Quelle tristesse profonde. Nous avons ensuite interrogé le Gouvernement sur ce qu’il entendait faire, alors que depuis 2015, nous vivons toutes les années des actes barbares, qui tuent nos concitoyens, et qui visent à mettre notre pays, ses valeurs, à genoux.On ne peut plus continuer ainsi : les fiches S ne peuvent plus vivre tranquillement en liberté, même surveillés, car ils continuent à instiller la haine et à amener à passer à l’acte des esprits faibles. C’est exactement ce qui s’est passé pour Samuel Paty. On ne peut plus accepter sur notre territoire des étrangers radicalisés qui veulent mettre notre pays à genoux. Ça suffit. Tous les lieux de culte et associations qui instillent des messages contraires à nos valeurs républicaines d’égalité et de laïcité, et qui déploient l’islamisme radical et la haine de nos valeurs doivent être dissoutes et interdites. Nos enseignants doivent toujours être soutenus, absolument, sans ciller. Oui des caricatures peuvent être montrées en cours pour expliquer à nos jeunes ce qu’est l’esprit critique, la liberté d’expression. C’est l’esprit de notre Nation, celui qui fait aussi que chacun peut croire de manière libre. Nous ne pouvons plus avoir la main qui tremble si nous voulons protéger les Français, de toutes confessions. Les lois de la Républiques sont sacrées. Elles ne doivent jamais, jamais, se soumettre à ceux qui les haïssent. Les plateformes numériques ne peuvent plus restées impunies face au déploiement des contenus haineux. L’union nationale oui, mais l’action avant tout. Notre Nation est la cible de cette idéologie politique islamiste, des enfants sont morts, ils les ont tuer à bout portant, un prêtre a été egorge, des innocents qui vivaient et fêtaient la vie, des gendarmes, des militaires, des journalistes, ont été assassinés lâchement et un enseignant a été décapité…voilà ce qui s’est passé ces 5 dernières années…il faut agir, nous ne pouvons plus attendre. »

Emilie Bonnivard réagit suite à la mort de Samuel Paty

« Notre pays traverse une crise majeure, je n’ai pas de mots. Je suis comme toutes et tous, sidérée par l’attentat qui a mis fin à la vie d’un homme d’une manière atroce, l’arrachant à ses proches, alors qu’il résistait contre l’obscurantisme en faisant son travail d’enseignant.
Une partie de notre société se désagrège. Pas de place pour la violence, pour le fanatisme religieux, pour le communautarisme, pour le radicalisme islamiste incompatible avec les valeurs de liberté de la société française. Si l’on n’est pas plus ferme et intransigeant face à ces dérives, nous souffrirons.
J’en ai assez d’écrire ces messages qui traduisent notre faillite. Assez de penser à ces familles détruites. »